Les hémiptères

 

 

 

Tous les insectes appartenant à cet ordre sont piqueurs-suceurs : ils possèdent un long rostre au travers duquel ils aspirent goulûment la sève d’une plante,  l’hémolymphe (« sang ») d’un autre insecte ou, plus rarement, le sang de vertébrés. Rassurez-vous cependant : aucune de ces bestioles n’apprécie le sang humain, sauf la punaise de lit ; par contre, elles n’apprécient pas toujours d’être manipulées et certaines peuvent provoquer des piqûres douloureuses (principalement les punaises aquatiques).

 

19 grypocoris sexguttatus 34

Ces insectes sont hémimétaboles, c’est-à-dire qu’ils ne subissent pas une réorganisation complète de leur organisme entre le dernier stade larvaire et le stade adulte (comme les papillons, par exemple), tout au plus l’apparition d’ailes fonctionnelles et d’organes sexuels (ce qui est déjà pas mal en soi).

Etant donné leur mode d’alimentation assez intrusif, ils sont vecteurs de beaucoup de maladies qu’ils introduisent avec leur rostre dans les organismes convoités. La plupart sont considérés comme nuisibles, bien que j’aie beaucoup de mal à l’avouer et que tous les arguments du type « chaîne alimentaire » restent dans ce cas-ci aussi valables. Il y en a cependant de très utiles, puisque certains consomment d’autres espèces d’hémiptères.

Les espèces d’hémiptères sont tellement diverses de forme et si nombreuses (80.000), que l’on a pris l’habitude de les diviser en deux sous-ordres : les hétéroptères et les homoptères. Bien que la catégorie « homoptère » ne soit plus reconnue aujourd’hui, nous l’utiliserons quand même dans cet article pour la simplicité de l’exposé, au risque de faire sérieusement baisser la cote de la revue CEBO dans les milieux scientifiques (nous ne vous parlerons pas ici de sternorrhynques, d’auchénorrhynques ou de coléorrhynques, d’autant plus que ces mots sont trop longs pour être utiles au scrabble et que la probabilité de les trouver dans vos mots-croisés hebdomadaires est relativement faible).

 

19 zicrona caerulea aZicrona caerulea,, un pentatomidé

Les hétéroptères (on parle aussi de « punaises ») sont caractérisés par des ailes antérieures mi-durcies, mi-membraneuses : on appelle ces ailes « hémélytres », par opposition aux élytres complètement durcies des coccinelles, par exemple. Ces ailes en deux moitiés ont donné son nom au sous-ordre (mais également à l’ordre entier, ce qui est idiot, hein ?). Elles sont à plat sur le dos ; à leur base, elles sont écartées l’une de l’autre, puis se croisent dans leur partie postérieure, faisant apparaître en un joli triangle une partie du scutellum (portion de la carapace). Les pentatomidés (5 articles antennaires) et les miridés (hémélytres mal repassées, avec un faux pli) sont les principales familles d’hétéroptères.

19 lygus pratensis aLygus pratensis, un miridé

Les homoptères ont des ailes antérieures de composition homogène, soit entièrement membraneuses, soit entièrement durcies. La disposition des ailes est « en toit ». Ce (faux) sous-ordre est très hétéroclite et regroupe des familles très diverses :

Les cercopes, dont les larves aérophagiques produisent ce fameux « crachat de coucou » (mélange de sève et d’air) qui les protège des prédateurs

19 aphrophora alni 44
Aphrophora alni

Les cicadelles, dont les tibias sont munis de nombreux aiguillons

 

 


19 cicadella viridis 45 photo j rosesCicadella viridis (photo J.Roses)

Les pucerons, dont l’anus rejette le miellat (presque de la sève) que les fourmis adorent, ce qui les encourage à défendre  leur « troupeau » contre les coccinelles qui sont le meilleur pesticide jamais inventé. Les pucerons ont un cycle de développement extrêmement compliqué où formes ailées et aptères, générations ovipares et vivipares, reproduction sexuée ou parthogénétique se succèdent.

19 myzus persicae 6 on rosaMyzus persicae

Les cochenilles, qui sécrètent de la cire, et dont les femelles ont des mœurs extrêmement casanières (au point d’en perdre leurs pattes)

Punaise, que ce sujet est vaste!

 

BACK to "ordres d'insectes":  http://www.scheutbos.be/pages/dossiers/les-ordres-d-insectes/